Filière céréales

La filière céréales, essentiellement le maïs, a pris son essor en 1996 à la signature par les provendiers, les céréaliculteurs et l'ERPA, d'une convention cadre de régulation pour trois ans.

Plusieurs avenants viendront modifier cet accord et intégrer de nouveaux partenaires. En 2000, une nouvelle convention est signée, modifiant les modalités d'intervention, intégrant les cinq organismes de réception et de stockage, précisant les engagements des partenaires et les normes de qualité et redéfinissant le système de prix. Depuis, une convention est signée annuellement pour adapter les modalités d'intervention au contexte technico-économique.

La production évolue favorablement (importations marginales) mais reste soumise aux aléas climatiques qui rendent difficile la régulation de la filière et un approvisionnement optimal du marché. Une caisse de stabilisation du prix des céréales importées a été créée en 2007 pour atténuer, sur le marché local, les variations des prix des marchés internationaux.

La production locale de céréales évoluait depuis plusieurs années dans une fourchette située  entre 4.000 t et 6.000 t annuelles et concerne exclusivement la production de maïs.

La production 2012 concerne une cinquantaine d'exploitations, réparties à parité entre les provinces Nord et Sud, pour une surface de production de l'ordre de 550 ha. Le nombre d'exploitations céréalières qui avait chuté en 2011 a augmenté de 4 unités. La production moyenne des exploitations céréalières est de l'ordre de 107 tonnes avec des variations et disparités importantes entre les Organismes de Réception et de Stockage (ORS) de Kaala Gomen (24 t) et Boulouparis (229 t).

L'année 2012 affiche un bilan encourageant avec 4.186 T de maïs produites. La revalorisation de la bonification au producteur a enclenché un certain regain d'intérêt pour la production de maïs. Par ailleurs, les conditions climatiques favorables ont permis d'atteindre de bons rendements. En parallèle, il a été nécessaire de recourir à nouveau à l'importation d'environ 3.300 tonnes de maïs pour approvisionner le marché local de la provende.


Les interventions de l'ERPA

  • Bonifications de prix : en fonction des tonnages livrés par chaque producteur.
  • Aide au transport des céréales versée aux producteurs et aux O.R.S.
  • Aide à l'achat du maïs local.
  • Participation à la caisse de stabilisation du prix des céréales importées : cette caisse a été créée en fin d'année 2007 et son intervention porte sur la prise en charge de tout ou partie du différentiel de prix entre le coût d'approvisionnement import  et le prix du maïs local.